Breaking News
Home > Actualités > 10 ans des Cuizines
Les Cuizines
Les Cuizines

10 ans des Cuizines

Dans le cadre des 10 ans des Cuizines de Chelles, la-seine-et-marne.com a fait un bilan de la structure chelloise avec Sylvain Colas, directeur et Arnaud, responsable de la communication.

10 ans des Cuizines
10 ans des Cuizines

La salle a été ouverte dans quel cadre ?
Sylvain Colas : le lieu a été inauguré le 21 juin 2002, d’où les 10 ans de la structure. Cependant le lieu avait déjà été investi quelles années avant en l’état, ce qui correspondait à d’anciennes cuisines centrales, avec des grandes chambres froides, qui faisaient office de studios de répétitions, il n’y avait aucun traitement et équipement acoustique.
La ville de Chelles a cherché des locaux vides pour répondre aux besoins d’un collectif de jeunes qui souhaitaient faire de la musique. Ensuite, le projet a « germé » au sein des élus et il est apparu de plus en plus nécessaire d’avoir également un lieu de diffusion.
Le projet s’est donc monté avec le soutien de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles dépendant du Ministère de la Culture) et le Conseil Général de Seine-et-Marne. Les travaux de réhabilitation et transformation ont eu lieu pendant environ deux ans.

Quel est le rôle d’une salle comme les Cuizines au sein de la ville de Chelles ?
Sylvain Colas : c’était avant tout un équipement dédié aux jeunes chellois, l’équipement dépend encore de la direction jeunesse de la ville. Aujourd’hui, même si la partie jeunesse est toujours importante, nous sommes reconnus comme un lieu avant tout artistique, de création et de diffusion. Nos crédits de la région et du Ministère viennent de crédits culturels.

Quelles sont les activités en 2012 au sein des Cuizines ?
Sylvain Colas : historiquement, les Cuizines sont un équipement dédié à la répétition et la création musicale, c’est toujours le cas. En 2002, nous sommes donc devenus un lieu de diffusion. Nous avons également un studio d’enregistrement, avec la particularité d’être aussi dans une approche de conseils, la phase d’enregistrement arrivant en dernier lieu.
Notre vocation, c’est de diffuser une large palette de musiques, les courants évoluant, et la musique étant aujourd’hui plus « fragile » qu’il y a 10 ans, notamment en raison du marché du disque. Nous devons permettre avec cette diffusion et l’ensemble de nos services de faire éclore des artistes au moins au niveau  local et régional, et si possible national.
Nous proposons donc une politique d’accompagnement et de formation, aujourd’hui cela représente un poste à temps complet. Nous avons vocation à accueillir des artistes en phase de création que ce soit des artistes confirmés comme Brigitte (qui était venu 10 jours préparé son spectacle en 2010) ou non confirmés (généralement des groupes locaux). Cette activité est appelé « résidence ».
L’activité résidence s’accompagne généralement d’un volet actions culturelles. Le poste a été créé il y a 8 ans environ. Le but est de travailler avec des publics qui ont moins accès à la culture, par exemple : lycéens, associations diverses, public en situation de handicap, centres sociaux… au travers d’ateliers, de rencontres…
Nous sommes une structure largement financée par de l’argent public, la vocation va donc bien au-delà de la diffusion. Nous sommes ouvert régulièrement entre les salles, le bar, l’accueil dans la structure, les salles de répétitions tous les soirs… c’est un lieu vivant, le public s’est approprié à 100% les Cuizines !
C’est aussi un espace où les publics se mélangent, nous avons par exemple le mercredi, les lycéens et en même temps des groupes qui viennent répéter. C’est un peu un point de chute pour les lycéens, ils viennent réviser, passer du bon temps…
L’architecture des Cuizines a été conçue pour permettre avant tout ces échanges, ces partages, cette sensibilisation aux différentes formes de musiques !

Les Cuizines

Comment fait-on venir avec tous ces éléments un large public dans une ville comme Chelles (+ de 50 000 habitants, moins de 20 km de Paris), mais avec une « image de banlieue rurale » ?
Arnaud : la situation francilienne est particulière par rapport à cela, notamment en Seine-et-Marne. Cela ne rend pas la partie facile (rires) ! Là où en province une salle comme la nôtre souffre moins de la concurrence, c’est clair que celle-ci est plus large ici ! Cela concerne moins le public que les artistes dit de notoriété et encore plus quand il s’agit d’artistes internationaux. C’est un travail sur le long terme, de relations privilégiés avec les producteurs.
Sylvain Colas : le deuxième point qui serait un peu en notre défaveur est sa capacité, nous sommes sur 270 places, nous sommes dans une position intermédiaire et souvent moins confortable pour faire venir des artistes, trop grand pour une scène « intimiste », trop petit dans d’autres cas.
Nous avons trouvé la solution en essayant de faire un maximum de « pari » sur des artistes que nous pensons voir éclore, le travail de la programmatrice et de l’équipe se situe donc en amont.
Nous sommes content de faire découvrir de nouveaux artistes, de nouvelles musiques à notre public, c’est là toute notre vocation ! C’est beaucoup plus excitant et cela nous oblige à travailler différemment : l’image de la salle, des prescripteurs, le bouche à oreille, la communication, la proximité… !

Combien de personnes pour l’équipe des Cuizines ?
Sylvain Colas : nous sommes actuellement sept permanents, plus quelques techniciens les soirs de concerts, nous montons jusqu’à 11 personnes. Plus des bénévoles indispensables au bon fonctionnement de la salle notamment pour les concerts.
Arnaud : nous participons tous à l’accueil du public et la gestion des studios de répétition, tous les groupes connaissent l’intégralité de l’équipe. C’est un choix participatif qui été fait dès le début.
Sylvain Colas : l’organisation est pyramidale comme partout avec un responsable, une direction au-dessus… (rires) ! Mais le choix d’action culturelle qui a été fait pour cette salle, fait que tous les permanents sont impliqués dans la vie quotidienne de la salle. C’est un choix ouvert, tout le monde se soutien sur l’ensemble des projets des Cuizines !

Que représente pour vous ses 10 ans, un bilan, une continuité, un début ?
Sylvain Colas : c’est davantage la continuité, moi je suis arrivé il y a seulement un an, mais je suis resté dans l’approche culturelle qui avait été créée avant que je sois directeur. L’objectif est aussi de regarder vers l’avant, pour certains jeunes, les Cuizines ont toujours été là et c’est plutôt bien pour nous ! Nous sommes considérés comme un des lieux culturels de la Ville, à nous de le faire vivre avec le public et les artistes !

Comment a été organisée la journée pour les 10 ans ?
Arnaud : Les adolescents du secteur ont participé à l’élaboration du projet des 10 ans des Cuizines, c’est très important car ils se sont approprié le lieu et pour beaucoup d’entre eux, ils n’étaient pas musiciens.
Nous avons également associés beaucoup de partenaires locaux, généralement associatifs, comme le skate-park, Toile blanche avec lesquels nous avons montés deux ciné-concerts, et ils ont également assurés le tournage des teasers pour les 10 ans, le cinéma le Cosmos….
La journée du 30 juin a été le moment fort, mais nous souhaitions avant tout développer ou confirmer notre présence sur le long terme avec ces partenaires. Les 27 groupes et artistes qui ont joué pour l’anniversaire sont ceux qui été programmés içi, qui répètent içi, en résumé ceux avec qui nous avions déjà une histoire commune. Nous avons créé 4 scènes, soit 4 lieux de présentations différents des talents qui passent aux Cuizines.
Le public présent ce jour-là a été ravi car il y a tellement de formes différentes sur le toit, ici dans l’espace commun, sur la scène principale, dans les studios, le skate-park à l’extérieur, qu’il a pu pleinement apprécier la diversité musicale de notre salle.

Plus d’informations www.lescuizines.fr

Copyright : les Cuizines (Photo du haut) – Patrick M (Photo article)

Check Also

Boîte à livre à Montereau © Adobe Stock

Boîte à livres à Montereau

Depuis ce vendredi 9 mars 2019, les Monterelais peuvent découvrir une « boîte à livres …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.