Breaking News
Home > Actualités > Aquarium Sea Life, les tortues
Tortue de mer © mattafirri - Fotolia.com
Tortue de mer © mattafirri - Fotolia.com

Aquarium Sea Life, les tortues

Les tortues de mer

Logo Sea Life

L’Aquarium SEA LIFE Paris Val d’Europe propose depuis début avril 2006 une nouvelle exposition, consacrée aux tortues de mer, prévue jusqu’à fin févier 2007, et qui pourrait être prolongée. Nous avons rencontré Chantal Villeneuve, Responsable de la Communication de l’aquarium. Elle nous parle de l’exposition, des tortues, de la campagne de sauvegarde de cette espèce, lancée prochainement.

Comment se met en place une exposition comme sur les tortues de mer ?

Ce sont des expositions tournantes avec les autres centres Sea Life. Les espèces sont transférées à la fin de chaque exposition vers d’autres centres. D’une manière générale, nous devons nous procurer les différentes espèces en Angleterre. Ce qui peut prendre un certain temps, puisque il s’agit de matière vivante. Et les espèces ne sont pas toujours disponibles quand nous le souhaitons. C’est une organisation assez importante. D’autre part, la salle des expositions est une salle redécorée, réaménagée chaque année.

Il y a un certain nombre de travaux qui se mettent en place le mois précédent le début d’une exposition. Selon les espèces, il est parfois nécessaire de procéder au changement d’alimentation en eau. Cette année nous avons eu des pieuvres qui sont des espèces d’eau froide. Nous aurons en mai des murènes d’eau tropicale. Cela nécessite tout un changement pour passer de l’eau froide à l’eau chaude.

D’où proviennent les trois spécimens de cette exposition ?

La tortue de mer vit dans toutes les eaux chaudes du globe. Il y a plusieurs organisations, plusieurs associations qui s’occupent des tortues et de leur sauvegarde, dont cette fameuse ferme des îles Cayman. Elle a pour objectif de repeupler l’île en tortues par une réintroduction des œufs, les nids de ponte étant braconnés.

D’autres facteurs mettent la vie des tortues en danger, comme la pollution. Il y a aussi une sensibilisation du public. Cette ferme reçoit des visiteurs et se charge de les éduquer sur la façon de protéger les tortues, sur le bien fondé de maintenir l’espèce en vie. qu’on ne puisse pas arrêter le commerce.

Comment s’est passé l’arrivée des tortues, leur mise en place ?

L’arrivée des tortues s’est faite en camions. Au préalable, notre équipe de biologistes est allée en Angleterre suivre une formation pointue et poussée de quatre jours pour apprendre à manipuler, à soigner, à surveiller une tortue. Elles sont revenues dans des cages de bois, aérées bien sûr, enduites de vaseline pour éviter le dessèchement pendant le transport, car elles ne voyagent pas dans l’eau.

Le voyage a duré environ sept à huit heures. A leur arrivée elles ont eu droit à un nettoyage avec un shampoing pour bébé, pour qu’il soit le moins agressif possible tout en enlevant la vaseline. Elles ont ensuite été mises en quarantaine pendant une nuit avant d’être transférées dans le bac tropical, où elles sont actuellement avec les requins.

Tortues et requins vivent ensemble. Comment se passe la « cohabitation » ?

Pour l’instant tout ce petit monde se porte à merveille, la cohabitation a l’air de bien se passer, il n’y a aucun problème de voisinage (rires). Malgré tout, nous avons dû nous séparer de deux gros requins gris, et les transférer dans un autre aquarium, sur la côte atlantique. Il y avait effectivement une possibilité de mésentente. Nous l’avons supprimé ou minimisée en retirant ces deux squales, qui étaient les moins compatibles.

Ces trois tortues vertes sont-elles nourries comme dans leur milieu naturel ?

sont nourries deux fois par jour, le matin et l’après-midi, avec des algues, des poissons, et des substituts végétaux composés de salade, de brocolis, de choux vert. Elles ont aussi un complément avec le repas des requins, qui eux ne sont pas nourris tous les jours. Tout se fait directement dans le bassin. Le public peut donc y assister.

Comment animez-vous l’exposition ?

L’exposition est animée d’abord par un panneau d’information qui donne des explications sur le travail réalisé en commun avec la ferme pour tortues des Iles Cayman et Sea Life. Il donne également quelques caractéristiques générales sur ces spécimens. Dans le cadre de nos animations, nous introduisons un discours spécifique sur les tortues, qui va permettre de faire vivre l’exposition tout au long de l’année. Ensuite elle va évoluer, vivre en fonction de la campagne SOS que l’on va lancer d’ici un mois pour la sauvegarde d’espèces en voie de disparition ou en danger.

Pourriez-vous nous parler la campagne SOS en faveur des tortues de mer ?

Plusieurs éléments sont dangereux pour la tortue de mer. Il y a les nids de ponte, déplacés ou détruits, les sacs plastiques pris pour des méduses. Les tortues s’étouffent en les avalant. Ou encore le tourisme qui augmente avec, par exemple, les bateaux à moteurs qui blessent les tortues. Tout ça fait qu’un travail est organisé en collaboration avec une association qui s’appelle « Hearth, Sea and Sky », située dans les îles grecques, avec laquelle les centres Sea Life vont travailler. Elle a pour but de collecter des fonds pour créer un centre de soins et de sauvetage de tortues. La campagne Sea Life va donc reposer sur cette collecte, pour construire ce centre d’hébergement pour tortues.

Quelle est la durée moyenne d’une campagne ?

C’est quelques mois. Nous rassemblons toutes les signatures regroupées à travers tous les centres Sea Life, qui chaque année s’associent tous à la même campagne. Ces signatures sont remises soit à une association, soit au Parlement Européen pour renforcer ou mettre en place des lois en fonction des espèces ou des sujets que l’on a traité.

Avez-vous un écho favorable à l’égard de ces campagnes ?

Oui, très favorable. Il n’y a qu’à regarder le nombre de signatures que l’on recueille de la part des visiteurs. Ils sont très réceptifs au travail de sensibilisation que nous pouvons faire à l’égard des espèces.

Comment sensibiliser les visiteurs ?

Un moyen simple pour un visiteur, dans la vie de tous les jours, s’il se retrouve sur une plage en Méditerranée (certaines espèces de tortues marines se trouve en Méditerranée, notamment en Grèce), c’est déjà d’éviter de mettre des sacs plastiques n’importe où. Il peut également participer à des actions éco-citoyennes, en consommant moins de sacs plastiques en utilisant des sacs conçus pour préserver l’environnement.

Photo : © mattafirri – Fotolia.com

Check Also

Boîte à livre à Montereau © Adobe Stock

Boîte à livres à Montereau

Depuis ce vendredi 9 mars 2019, les Monterelais peuvent découvrir une « boîte à livres …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.