Breaking News
Home > Actualités > Biologiste à l’aquarium Sea Life
Méduse aquarium Sea Life Paris Val d'Europe
Méduse aquarium Sea Life Paris Val d'Europe

Biologiste à l’aquarium Sea Life

Il y a 600 millions d’années, les méduses peuplaient déjà les océans

Rencontre avec une biologiste, Caroline Donge de l’aquarium SEA LIFE Paris Val d’Europe qui nous présente son métier et la nouvelle exposition autour des méduses.

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis Caroline Donge biologiste au centre SEA LIFE Paris Val d’Europe. En tant que biologiste, mon travail se décompose en deux parties la partie technique : traitement des eaux, qualités des eaux au niveau des bacs, gestion de la quantité d’eau salée, quantité d’eau douce , entretien des bacs… ; et puis la partie biologique : c’est tout ce qui est la gestion des poissons, des organismes vivants présents dans les aquariums , il faut voir s’il des pathologies, des maladies, le comportement des poissons, nourrir les poissons.

Notre équipe est composée de quatre personnes, il y a le capacitaire, il a la responsabilité globale de la gestion des aquariums, en dessous du capacitaire il y a le chef biologiste, puis en dessous deux techniciens dont moi.  L’équipe travaille ensemble sur les deux parties techniques et biologiques.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler à l’aquarium SEA LIFE Paris Val d’Europe ?
C’est une passion, nous ne rentrons pas ici par hasard. C’est la passion du milieu marin avec Cousteau forcément, c’est la passion du monde océanographique qui m’a poussée à étudier tout ce qui est la biologie, en poursuivant cela m’a amené vers la biologie marine.

Comment gérez-vous votre travail au quotidien ?
Il y a plus de 300 espèces, lorsqu’une nouvelle espèce arrive, nous avons déjà des bacs avec une population présente, nous devons faire en sorte d’adapter chaque espèce au bac qui lui convient (cohabitation avec les autres espèces, eau présente dans l’aquarium par rapport aux nouveaux arrivants).

Lorsque nous les recevons, il y a tout un protocole d’acclimatation, nous avons une salle dédiée à cette opération, elle s’appelle la « quarantaine ». Nous mettons les poissons ou les animaux marins dans des bacs avec une eau « neuve » et nous allons habituer le poisson petit à petit à la qualité de l’eau de l’aquarium dans lequel il sera présent et visible du public.  C’est le capacitaire qui choisit de faire venir tel ou tel poisson et de le mettre dans tel ou tel bac.

Concernant les expositions, l’arrivée d’une nouvelle espèce se décide en fonction des espèces présentent dans les autres aquariums SEA LIFE du monde entier.  Les expositions sont forcément attendues du public, puisqu’il s’agit généralement d’espèces « vedettes » : les poissons clowns, les requins, les tortues, et cette année à SEA LIFE Paris Val d’Europe : les méduses.

Le capacitaire va alors prendre « commande » auprès d’un centre SEA LIFE puisque nous faisons également de l’élevage d’espèces marines.  Pour les expositions temporaires, nous pouvons choisir notre propre thématique et nous nous adressons alors soit à un centre SEA LIFE soit à un fournisseur extérieur au groupe.

Biologiste aquarium SEA LIFE Paris Val d'Europe

Comment s’est déroulée la mise en place de la nouvelle exposition les « Méduses fantômes des Mers » ?
Nous calculons d’abord le coût, les besoins en matériels et animaux. C’est la partie administrative du projet. Ensuite, il y a les plans et la mise en place de ces plans, par exemple pour cette exposition nous avons deux grands bacs, l’ensemble de cette opération dure près de deux mois avec la mise en place de la tuyauterie, des circuits d’eau , la chaufferie. Pour les méduses par exemple l’eau est à 18° C. Tout ce travail a lieu avant même l’arrivée des méduses.

Les méduses ont été reçues deux trois jours avant l’ouverture de l’exposition, mais le bac a lui été « acclimaté » avant l’arrivée des méduses, nous allons retirer de l’eau tout ce qui est produit ou élément toxique compris dans cette eau. Lorsque nous avons une bonne qualité d’eau, nous arrivons généralement à les maintenir plus longtemps que dans leur milieu naturel, la durée de vie d’une méduse est généralement d’une année en milieu naturel.  Les méduses présentes au SEA LIFE Paris Val d’Europe sont des Méduses Aurélia Aurita et se nourrissent de crevettes Artémia.

Comment le centre SEA LIFE Paris Val d’Europe va-t-il se développer dans le futur ?
Chantal Villeneuve, marketing manager : L’aquarium n’est pas extensible de part sa position dans le centre commercial. Nous faisons donc avec l’existant, le meilleur exemple est l’Amazonie qui était à la base une salle de présentation sur les requins destinée aux enfants et nous avons aménagé un espace dédié à l’Amazonie avec des bacs. Cette année pour les méduses, nous avons supprimé la salle de présentation vidéo au début de l’aquarium, cette salle existait depuis 7 ans. Pour faire évoluer l’aquarium nous avons donc décidé de mettre à cet emplacement les méduses.

Info : l’Aquarium SEA LIFE Paris Val d’Europe reçoit tout au long de l’année des groupes scolaires, centres pour enfants. L’équipe d’animations est formée sur les trois thèmes actuels : la pollution, les requins et le bassin tactile, la chaîne alimentaire.

Check Also

Pink Cabaret au Millésime

Pink Cabaret

Le show annuel de Pink Cabaret a lieu cette année le 29 juin 2019 au …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.