Breaking News
Home > Actualités > Jusqu’à mes yeux – Marina
Marina second album
Marina second album

Jusqu’à mes yeux – Marina

« Jusqu’à mes yeux » est un album en auto production (avec une participation de la  Sacem arrivée après la  sortie de l’album). C’est un album plein de vérités, de regrets, de déceptions, de finesse, d’amour, de tendresse…  retraçant une large palette d’émotions par une artiste qui a connu un premier album au sein d’une major (ndlr Mercury/Universal) et a conçu son deuxième avec son énergie et ses « tripes ». Un album qui lui ressemble ! Cet album a été enregistré pour le « live » et cela correspond tout à fait à Marina, dont la finalité musicale est la scène, l’échange et  la rencontre avec son public.

Jusqu’à mes yeux Marina

L’album est sorti le 1er mars 2013 en téléchargement sur toutes les plates formes. Plus d’informations sur www.marinaofficiel.com

Comment a été fait le choix des chansons ?

Il y a des chansons que j’avais écrites depuis quelques temps, pour certaines il y a environ trois ans comme « Jeudi Noir », « Timide »ou « Jusqu’à mes yeux ». Je voulais absolument les mettre sur l’album ; et puis il y a des chansons que j’ai écrites spécialement lors de la conception de l’album comme « 1,2, 3… », « A sa manière », « Madame Suzanne » ou « Page Blanche »  avec les paroles écrites par mon frère.

C’est un album un peu égoïste, dans le sens où je me suis fait plaisir. Il y a quand même 16 morceaux dessus. C’est assez compliqué, un album simple à 16 morceaux (ndlr en général la moyenne se situe entre 10 et 12 morceaux), c’est un peu technique et au niveau de la capacité d’enregistrement d’un disque, nous étions limite, mais je tenais à ses 16 morceaux et ils y sont !

Dans les 16 chansons, en fait, il n’en apparaît que 15 sur l’album. La 16ème étant une chanson cachée. Elle se situe après « Madame Suzanne », c’est  une espèce de slam piano voix. J’en suis très fière, c’est une sorte d’exorcisme. Elle résume mon parcours, elle est très franche.

Tous les titres représentent un peu ta personnalité ?

Oui, tout fait. L’album est musicalement plutôt enjoué. C’est un album « authentique » qui vient du cœur. Les paroles, pour la plupart des morceaux, sont assez noires. Mais nous avons pris le parti de mettre la voix en valeur, c’est le fil rouge de l’album et musicalement de compenser la dureté et la franchise des mots par une « espèce de légèreté » musicale.

Par exemple, pour la chanson « Jusqu’à mes yeux », nous avons fait un énorme travail. Celle là a été la plus compliquée à réaliser. Nous voulions sur la fin, créer une tension avec une guitare électrique saturée, avec une basse qui appuie  les paroles et ma voix.

C’est aussi un album plein d’espoir ?

Oui, l’album parle d’avenir. Sur le premier album, j’ai été très entourée avec une structure derrière et j’étais bien plus jeune (2008). Je ne connaissais pas non plus le système musical et ses rouages. J’ai fait confiance, tout en gardant un regard dessus. J’en suis très fière mais c’est un album plutôt « naïf » avec un côté jeune fille.

Là, sur le second album, j’ai voulu quelque chose de plus féminin. La pochette (ndlr réalisée par Hii-What) décrit d’ailleurs bien cet ambiance, plus adulte. Aujourd’hui j’ai 27 ans, j’ai plus d’expérience, j’ai fait plein de dates, j’ai rencontré plein de gens. Dans la plume, il est beaucoup plus mur ; dans la musicalité, il est beaucoup plus précis.

Le climat musical de chaque morceau a été travaillé. Nous avons un morceau un peu soul comme « Juste Chanter », un peu rock « Comme un tic », une ballade « De Passage »…

Il y a un univers pour chacun des morceaux de l’album. Pour le premier album, il y avait une continuité musicale entre chaque morceau. Sur celui-ci, le fil rouge, comme dit précédemment, c’est la voix. Mais j’ai aussi pris le parti de faire cet album comme du live, c’est-à-dire que les gens lorsqu’ils vont écouter l’album sur scène, ne seront pas déstabilisés par les arrangements live (ndrl l’un des morceaux « Timide » est d’ailleurs issus d’un vrai live).

Quel a été l’apport de Christophe Dupeu sur l’album ?

A la base, c’est un harmoniciste. Il a travaillé avec de nombreux artistes comme Johnny Hallyday. C’est  un excellent musicien qui fait aussi du mixage. Pour le premier album, je n’avais pas pu assister à l’étape du mixage qui est une étape très importante dans la réalisation d’un album, j’en étais donc sortie un peu « frustrée ».

Là, avec Christophe, nous avons pris trois mois pour réaliser le mixage (en moyenne deux à trois fois par semaine), je me suis vraiment investie. Nous sommes même retournés en studio pour enregistrer des compléments de musique. Christophe Dupeu dirigeait le mixage et il était à l’écoute de mes envies et mes besoins sur le son. Notre relation sur l’album a  été complémentaire. C’est aussi lui qui a joué les parties d’harmonica sur l’album.

Pour « Page Blanche » peux-tu nous raconter la genèse de chanson ?

C’est la seule chanson dont je n’ai pas écrit les textes. Il m’a écrit ce texte un jour où moi j’étais en mal de textes. Mais j’avais envie de composer. Je lui ai demandé de me donner quelques textes que lui avait écrit. Dedans il y avait « Page Blanche » qui est une métaphore sur la vie dans le sens où la vie est une page qu’on écrit et parfois il faut aussi tourner la page, avancer, recommencer à zéro…

Marina "Jusqu'à mes yeux"
Marina « Jusqu’à mes yeux »

Et le titre de l’album « Jusqu’à mes yeux » ?

On me demande souvent pourquoi je l’ai appelé comme cela. J’adore cette chanson et ce titre. Cela laisse entendre plein de choses, il y a une part d’interprétation dans ce titre pour le public et c’est ça qui me plaît. Cela peut être de la nostalgie, de la mélancolie, du bonheur, un souvenir… On ne sait pas si c’est triste ou gai, cela permet de se faire sa propre idée.

Tout est vrai dans cet album, sans être à 100% autobiographique. C’est du vécu donc cela collait bien avec « Jusqu ‘à mes yeux ». C’est aussi jusqu’aux yeux de tout le monde. Chacun interprète, s’approprie les textes et les chansons de cet album.

Tu amènes le côté autobiographique vers quelque chose de plus universel ?

Oui, au départ quand j’écris une chanson c’est très égoïste. C’est une sorte d’exorcisme (je me répète rires), je m’inspire de mon vécu en essayant de toucher les gens. Il faut que les personnes se retrouvent dans tes textes : « c’est aussi ce que je ressens, ce que j’ai vécu… ».

Comme pour « Timide », le public vient souvent me voir en me disant qu’ils ont aussi ressenti la même chose. Pour moi, ce ne sont que des compliments, d’une situation qui peut être au départ personnelle, devient universelle.

Photo du haut Patrick M

Check Also

Boîte à livre à Montereau © Adobe Stock

Boîte à livres à Montereau

Depuis ce vendredi 9 mars 2019, les Monterelais peuvent découvrir une « boîte à livres …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.