Breaking News
Home > Actualités > Provins, classée à l’UNESCO

Provins, classée à l’UNESCO

Provins, ville où se déroulaient les foires de Champagne, a été inscrite le 13 décembre 2001 au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Cette ville a gardé un fort aspect moyenâgeux que ce soit dans la partie basse ou haute de la ville. Provins est l’une des sous-préfectures de Seine-et-Marne.

Les origines du nom Provins sont incertaines néanmoins le « Pagus Privinensis » est mentionné en 802. La Ville-Haute formait cependant une paroisse dès l’époque mérovingienne.
Provins fut le siège d’un comté appartenant aux Comtes de Vermandois au Xème, puis aux Comtes de Blois de 1022 à 1125. L’essor de Provins commence réellement avec Thibaud 1er. L’histoire médiévale de Provins apparaît comme un miracle économique.
Cet essor est dû aux grandes foires qui, deux fois par an, amenaient les marchands de l’Europe entière. Le succès des foires de Champagne est la conséquence de la sécurité qu’offrait les Comtes de Champagne aux marchands.

Thibaud le Chansonnier, grâce à sa poésie, a largement contribué à la notoriété de la ville de Provins. Troisième ville de France après Paris et Rouen, Provins avait ses propres poids et mesures et sa monnaie, le denier de Provins avait cours dans toute l’Europe.

Les draps de Provins sont vendus dans toute l’Europe. La ville profite de ses atouts naturels : l’eau et la terre pour produire les draps. Provins témoigne de l’histoire des XIème, XIIème et XIIIème siècles, époque médiévale qui marqua son apogée et dont elle conserve un grand nombre de monuments et sites tels que les remparts, les souterrains, la Grange aux Dîmes… Le déclin commença à la fin du XIIIème siècle avec les guerres et le changement des axes commerciaux.

Provins a toujours été en effet en dehors des axes de communication principaux en Europe, aucune voie romaine n’était proche de la ville, Napoléon III refusa au XIXème siècle de créer une voie de chemin fer Paris-Troyes passant par Provins, et encore aujourd’hui les autoroutes passent soit au nord soit au sud de Provins.
Mais la richesse historique de la ville est son premier atout, cela n’empêche pas les visiteurs d’y venir nombreux. Le charme de la ville est présent dans les deux parties de celle-ci : la ville basse avec ses commerces et l’Eglise Saint-Ayoul…, la ville haute avec les remparts et son héritage moyenâgeux important…

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville fait preuve de dynamisme : implantation de nombreuses entreprises et mise en valeur de son patrimoine au travers du tourisme culturel.
Provins fait partie de ces villes françaises ayant un grand nombre de Monuments Historiques classés inscrits qui sont encore en très bon état : en l’occurrence 58 que ce soit dans le patrimoine religieux ou militaire.

Balzac a écrit dans son roman Pierrette : Provins ! « Une des plus charmantes villes de France ». Victor Hugo appréciait également la cité, en 1835, il a écrit : « Il y a quatre églises, une porte de ville fort belle, un donjon avec quatre tourelles en contreforts, et une enceinte de murailles et de tours ruinées, le tout répandu de la façon la plus charmante sur deux collines baignées jusqu’à mi-côte dans les arbres ». Une description encore très proche du Provins d’aujourd’hui.
La ville reçoit dans sa cité médiévale près de 1 millions de visiteurs par an (chiffres 2014 Seine-et-Marne Tourisme) dont plus de 80 000 pour la Fête Médiévale en Juin.

Petite info : Provins compte la plus vieille synagogue de France. Sous le règne de Thibaud, les juifs ont eu le droit de fonder une école, d’ouvrir un lieu de culte, rue du palais. Aujourd’hui ce lieu de culte abrite les collections du musée de Provins (Maison Romane).

Collégiale Saint-Quiriace à Provins
Collégiale Saint-Quiriace à Provins

La Collégiale Saint-Quiriace
La Collégiale, de style romane, est construite au XIème et XIIème siècle, l’argent venant à manquer les travaux sont interrompus. Au fil des siècles de nouveau travaux sont entrepris : le décor intérieur au XVIIème siècle par exemple. Le magnifique dôme date du XVIIème, il a été construit suite à l’effrondement du transept en 1662. A l’intérieur de Saint-Quiriace se trouve le chœur couvert d’une voûte octopartite. La Collégiale se situe dans la ville haute.

L’Eglise Saint-Ayoul
Elle date du XIème siècle et fut modifiée plusieurs fois, d’où son aspect insolite. C’est devant cet édifice religieux qu’eurent lieu les premières foires commerciales. L’église se situe dans la ville basse.
Une guérison miraculeuse sur le lieu de la future église pousse à la découverte en l’an mil de la sépulture de Saint-Ayoul (qui avait été enterré dans le plus grand secret par les moines en 845). Le Comte de Champagne saisit l’importance de la découverte et décide de la construction de l’église.

L’Eglise Sainte-Croix
Érigée entre le XIIème et le XVIème siècles, la façade de l’église est typique de la renaissance. L’église doit son nom à un morceau de la vraie croix que Thibaud IV aurait rapporté de Jérusalem.

La Grange aux Dîmes
Cette maison de marchand présente l’une des architectures les plus surprenantes de Provins. Lors des grandes foires, cette maison servait de stockage. Au Moyen-Age, la ville de Provins était particulièrement réputée pour ses drapiers. En effet, au XIIIème siècle plus de 3 000 métiers à tisser y produisaient des étoffes. Les draps de Provins étaient bleu ners, un bleu très foncé, presque noir, cette couleur était obtenue avec de la noix de Galle mélangée à du sel de fer et du sel de cuivre. Elle est aussi appelée Maison de Saint-Quiriace ou « Forcadas« . Elle est répartit sur trois niveaux : une salle basse et un rez-de-chaussée voûté et un étage avec des fenêtres à meneaux.

La Maison romane – Le Musée de Provins et du Provinois
La maison romane présente de magnifiques fenêtres romane datant du XIIème siècle, d’où son nom. Elle abrite aujourd’hui un musée dédié à Provins et son patrimoine. Vous pourrez y découvrir notamment des céramiques, sculptures, arts religieux…

La Place du Châtel
La place du Châtel, qui désignait au Moyen-Age la place du château, accueillait les foires et les changeurs (banquiers de l’époque, leur nombre était supérieur à 100) qui y installaient leurs comptoirs.
Vous pouvez y découvrir la Maison aux 4 pignons (La Maison du Terroir et de l’Artisanat), le puits, la Croix, l’Hôtel de la Coquille (« Saint Jacques« ), les vestiges de l’église Saint-Thibault, La Maison des Petits-Plaids (lieu de justice).

Les Remparts à Provins
Les Remparts à Provins

Les remparts
Les remparts ont été construits de 1226 à 1236 dans le but d’assurer la protection des activités commerciales durant les grandes foires de Champagne qui se déroulaient dans la cité au Moyen-Age. Les remparts ont été achevés aux XIIIème et XIVème siècle par le roi Philippe Le Bel.
Ils étaient longs de 5 km et avaient la particularité de présenter des formes architecturales différentes pour chaque tour. Ils comptaient 3 portes : la Porte de Saint-Jean, la Porte de Jouy et la Porte de Troyes qui a disparue.

Les souterrains
Les souterrains étaient à l’origine des carrières dont les matériaux servaient dans la confection de la laine, la cité de Provins étant une importante cité drapière au moyen-âge. Ces souterrains servirent ensuite de refuges lors des guerres notamment, entrepôts, réunions de sociétés secrètes …
Ce réseau a été recréé, en partie, en 1973 par le creusement d’une galerie permettant de joindre entre eux les souterrains. La visite des souterrains démarre en bas de la ville haute sous l’Hôtel-Dieu et la rue Saint-Thibault.

La Tour César
Elle tire son nom d’une légende qui permettait de croire qu’elle avait été construite à l’époque de Jules César. Elle fut en fait construite au XIIème siècle par le Comte Henri le Libéral entre 1152 et 1181. Elle représenta longtemps la puissance et l’autorité des Comtes de Champagne. Son emplacement, à l’extrémité de l’éperon rocheux lui permet de dominer le val et de défendre l’ancien palais comtal.
Cependant, sa conception n’en fait pas une tour défensive, elle n’a donc du avoir qu’un rôle militaire mineur. Partant d’une base carrée, le donjon se termine sur une forme octogonale avec quatre tournelles d’angle. Sa conception est unique en France et symbolise la richesse et le pouvoir des Comtes de Champagne. Elle fut aussi appelée au XIIème siècle Tour-le-Comte ou Grosse-Tour.

Autres lieux
L’Abbaye des Cordelières, Campanille de Notre-Dame-du-Val, le Durteint (rue Durteint), l’Hôtel de Savigny, l’Hôtel de Ville, l’Hôtel-Dieu, l’Hôtel du Saint-Esprit, l’Hôtel Vauluisant, la Maison du Bourreau, les nombreux spectacles (Tournoi de chevalerie, Les Aigles des Remparts, machines de guerre médiévales, le Son et Lumière), le Palais des Comtes de Champagne, la Roseraie de Provins…

Check Also

Pink Cabaret au Millésime

Pink Cabaret

Le show annuel de Pink Cabaret a lieu cette année le 29 juin 2019 au …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.