Breaking News
Home > Actualités > Trois photographes en prison
Trois photographes en prison
Trois photographes en prison

Trois photographes en prison

Ce projet est né d’une simple curiosité : aller voir ce qu’il y a derrière le mur… Sauf que le mur en question est celui de l’ancienne maison d’arrêt de Meaux et que, bien que s’y étant préparé, le photographe reste interloqué par ce qu’il y trouve : l’enfermement, la surveillance, le temps figé. Mais il ne s’agit en aucune manière d’un reportage ou d’un état des lieux sur la condition pénitentiaire.

Trois photographes en prison

Avant sa transformation en un élément du futur pôle culturel, alors qu’il est maintenant réduit à l’état de friche urbaine, l’idée est de croiser trois regards différents sur ce bâtiment particulier : son architecture, sa symbolique, son imaginaire. Les visions, réelles ou fictives, de ces 3 auteurs seront proposées au public dans tout le hall du Théâtre Luxembourg sous la forme d’une scénographie originale.

Trois photographes en prison
Photographies par « Les 3 Excursionnistes » : Sylvie Caisley, Alain Dutot, Daniel Cadet.
Avec le concours de la troupe « Kitchen Production » (dirigée par Linda Leterrier), Judith Forstel (historienne), Luz Angel (plasticien). Exposition réalisée grâce à la participation du Théâtre Luxembourg.

Interview Daniel Cadet

Pouvez-vous nous présenter la genèse de ce projet ?
La genèse de ce projet se résume dans la curiosité d’aller voir ce qu’il y avait dans cette prison puisqu’elle n’est plus utilisée. Elle est en état de friche urbaine, de plus elle va bientôt être transformée en pôle culturel (ouverture prévue en 2015-2016).
Nous avons voulu avoir un regard, celui du photographe sur tout ce que peut évoquer cette prison vide. Le regard est triple car nous sommes trois photographes, en plus il y a une historienne et un plasticien. L’historienne a écrit les textes sur l’histoire de ce bâtiments, ils accompagnent cette exposition. Le plasticien est venu une journée pour faire l’installation avec une autre vue du bâtiment et nous avons fait des photos sur le résultat de cette installation. Cela nous a pris un an entre l’ébauche et l’exposition aujourd’hui en février-mars 2014 : autorisations, repérages, prises de vues, tirages sélections et préparation de l’affichage.

Comment est née cette collaboration de trois photographes ?
Nous nous connaissons depuis quelques années et il était selon moi intéressant de croiser ses regards, avec une approche différente et complémentaire.

Comment est né le partenariat avec le Théâtre du Luxembourg ?
C’est moi qui leur ai proposé. Ce ne sont pas des photos uniquement alignées mais l’accrochage a été pensé en fonction de ce lieu, il y a même des photos qui ont été réalisées spécialement en fonction du lieu, par exemple les panoramiques autour des poteaux circulaires (ndlr dans le hall du Théâtre).
Certaines photos panoramiques évoquent la construction panoptique du bâtiment qui permet de voir en enfilade l’ensemble des cellules que ce soit à l’étage ou au niveau inférieur, mais aussi par les fenêtres la cour de promenade.

C’est aussi un travail de souvenir pour un lieu qui était un lieu de pénitence et qui va devenir un lieu de loisirs ?
Oui tout à fait cela s’assimile aussi à un travail documentaire. Mais c’est aussi un travail sur nos impressions sur ce lieu, la première fois que nous sommes rentrés dans cette prison cela a été très fort et prenant ! Les cellules par exemple sont sur 9 m2 et sont conçues pour trois personnes et sans porter de jugement sur les raisons de leurs présences en prison, j’imagine trois personnes dans cette cellule.

Quelques mots sur Daniel Cadet :  Depuis toujours, ce passionné aime fabriquer des images : des dioramas en carton découpé aux films en super 8 un peu plus tard. Grâce à son œil aguerri, il devient rapidement un proche collaborateur du metteur en scène du Spectacle Historique de Meaux, Charles Beauchart, et l’aide à concrétiser ses projets scéniques, aussi bien historiques qu’oniriques. Peu à peu, il se tourne vers la photographie qui lui offre une grande liberté de création…

Trois photographes en prison - Daniel Cadet
Trois photographes en prison – Daniel Cadet

Interview d’Alain Dutot

Pouvez-vous nous présenter votre travail sur cette exposition ?
Les séries que je présente correspondent au ressenti que j’ai eu en entrant dans cette ancienne prison. C’est l’enfermement jusqu’à la claustrophobie, les photos concernées par ce thème sont en noir et blanc. Et à l’opposé, la série en couleur que j’ai appelé évasion et qui fait rentrer la nature à l’intérieur de ce bâtiment.

Quelques mots sur Alain Dutot :  C’est en 1974 qu’il obtient son CAP Photo. Il effectue des photographies en tant que pigiste au journal Libération, et devient ensuite Enseignant-chercheur en Chimie à l’Université.
En 1976, il obtient la médaille de bronze au 3⁰ Salao de Photografia Internacional Porto, et arrive finaliste du concours « le langage du corps » au festival européen de la Photographie de Nus d’Arles.
Il participe à de nombreuses expositions : Marchés d’Art Comtemporain « D’Art d’Art » de la Ferté-sous-Jouarre, Grand Marché d’Art Contemporain de la Bastille à Paris, Exposition au MK2 Grande bibliothèque et à l’Université Paris Diderot à Paris, Salons des Arts du Pays Fertois, Festivals Eclats d’Arts de Meaux…

Trois photographes en prison - Alain Dutot
Trois photographes en prison – Alain Dutot

Interview de Sylvie Caisley

Pouvez-vous nous présenter votre travail sur cette exposition ?
Je suis photographe amateur comme mes camarades, nous faisons parti tous les trois de l’association A.P.I.C (Mareuil-lès-Meaux), qui tourne autour de l’image et de la création. Daniel m’a proposé de participer a ce projet et j’ai immédiatement dit oui. Je suis la seule femme de l’équipe, j’apporte un regard plutôt féminin avec plusieurs grilles de lectures sur mes photos : le temps figé, le manque au travers du mobilier qui est resté dans la prison comme la literie et les placards, la numérotation (exemple les cellules), la perte d’identité.

Vous apparaissez tous les trois sur certaines photos pourquoi ce choix ?
C’est assez étrange car Daniel avait décidé de travailler avec la troupe de danse de Linda Leterrier (Meaux), avec une mise en scène dans la prison. Je me suis dit qu’il serait bien de nous intégrer aussi nous à ce lieu, nous sommes en costume avec des lunettes noires avec des numéros cela rappelle la perte d’identité.

Quelques mots sur Sylvie Caisley :  D’origine britannique, elle est née à Meaux en 1974. Après une maîtrise d’Arts Visuels à Paris I, où elle étudie la photographie, des techniques de vues à la mise en place d’installation, elle devient professeur des écoles à 30 ans, tout en continuant ses recherches photographiques.
En 2004, elle devient membre de l’A.P.I.C. (Association Photographique Image et Création), dont sont également membres Daniel Cadet et Alain Dutot.

Trois photographes en prison - Sylvie Caisley
Trois photographes en prison – Sylvie Caisley

Check Also

Boîte à livre à Montereau © Adobe Stock

Boîte à livres à Montereau

Depuis ce vendredi 9 mars 2019, les Monterelais peuvent découvrir une « boîte à livres …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.