Breaking News
Home > Sorties > Château de Fontainebleau

Château de Fontainebleau

Fontainebleau et sa forêt furent choisis par les rois successifs comme lieu de résidence royale. Ils pouvaient ainsi s’adonner à la chasse dans la grande forêt de Fontainebleau.

32 rois y ont séjourné

Demeure des souverains français du XIIème au XIXème siècle, 32 rois y ont séjourné. Chaque roi ayant apporté sa touche à l’architecture du château. Le parc et le château de Fontainebleau sont classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1981.

Le Palais compte ainsi de plus de 1 500 pièces déployées au cœur de 11 hectares de parc et jardins. Fontainebleau est le seul château royal et impérial habité sans discontinuer pendant 7 siècles. Si ses fondations sont avérées avant le XIIème siècle, celui-ci s’est ensuite développé en adoptant l’habituel principe des places fortes. Le donjon dit de Saint-Louis est un témoignage de ce dispositif originel. La porte Dorée (ou porte de l’Orée de la forêt) marque l’emplacement de l’ancien châtelet d’entrée. Bien que redécorée à la Renaissance, la cour Ovale épouse les contours du château médiéval.

François 1er développe le château

C’est en effet à l’instigation de François Ier que Fontainebleau connaît un formidable développement dont la fameuse Galerie reliant sa chambre à la tribune haute de la chapelle du couvent des Trinitaires (actuelle chapelle de la Trinité). La salle de Bal est cette grande loggia inspirée par le séjour en Italie. Le décor à fresques n’est toutefois achevé qu’au règne suivant, celui d’Henri II, son fils. La chambre de la duchesse d’Etampes est toujours, avec la grotte des Pins, un manifeste de la Renaissance en France et l’expression de l’Ecole de Fontainebleau constituée par les artistes maniéristes italiens invités par François Ier (Rosso, Primatice, Nicolo Dell’Abbate…).

Sous Henri IV, le château connaît de nouvelles extensions. Fontainebleau diffuse de ce fait, les canons esthétiques développés à partir du vaste chantier (véritable foyer culturel) par les artistes français (Toussaint Dubreuil, Ambroise Dubois, Martin Fréminet). C’est à ce dernier peintre que l’on doit l’extraordinaire décor baroque de la chapelle de la Trinité.

Un château de chasse

Château de chasse, Fontainebleau est un rendez-vous obligé pour tous les souverains. Ils en apprécient particulièrement le séjour, notamment à la belle saison et à l’automne.

Hormis le Grand Parterre d’André Le Nôtre et de Louis Le Vau, Louis XIV n’y intervient qu’assez peu. Il sans doute trop occupé par d’autres chantiers plus importants. Sous Louis XV et Louis XVI sont construits de nouveaux appartements destinés à loger une cour toujours plus nombreuse (Gros Pavillon et aile Louis XV des Gabriel) suivis du doublement de l’aile des appartements des souverains.

Du dernier des rois de l’Ancien-Régime, nous retenons en particulier les deux boudoirs livrés pour Marie-Antoinette à dix ans d’intervalle : boudoir Turc et boudoir de Marie-Antoinette. Cet exceptionnel mobilier est revenu après un siècle et demi. En effet, la Révolution française a vu la dispersion des collections de mobiliers et objets d’art.

La demeure des rois

C’est à napoléon Ier qui évoque ici « la vraie demeure des rois, la maison des siècles » que l’on doit le « remeublement » du château, en particulier à l’occasion du premier des deux séjours effectués par Pie VII à l’occasion du sacre.

La chute de l’Empire (la scène des Adieux à la vieille garde au pied de l’escalier en fer à cheval est restée célèbre) n’entraîne pas la désaffection des Bourbons restaurés, ni même celle de Louis-Philippe qui y crée les prémices d’un musée.

Napoléon III, baptisé à Fontainebleau, aime y séjourner et commande de nouveaux aménagements. La salle de Théâtre livrée par Hector Lefuel en 1857 est certainement marquante de ces aménagements. La République n’oublie pas ce palais régulièrement entretenu malgré les vicissitudes et les outrages du temps.

Avec sa salle du trône (la seule qui soit encore visible en France), le musée Chinois de l’impératrice Eugénie ou le musée Napoléon Ier, le château de Fontainebleau est la seule résidence souveraine intégralement conservée. Le château recèle encore des collections de mobiliers, peintures et objets d’art d’une richesse et d’une ampleur exceptionnelles. Ceci en fait un musée d’arts décoratifs de première importance.

Château de Fontainebleau

Construction d’une résidence royale

Le Château de Fontainebleau s’est construit puis développé à partir d’une place forte érigée autour d’un donjon. Son existence est attestée par une charte rédigée par Louis VII en 1137. Saint-Louis fonde à proximité un couvent-hôpital en 1259. Une lettre de Charles VII datée de 1431 témoigne des considérables travaux d’agrandissement réalisés au début du XVème siècle.

En 1528, François Ier fait détruire la majeure partie de l’ancienne place forte médiévale et reconstruire un bâtiment sur ses fondations (actuelle cour Ovale). Afin d’agrandir le domaine royal, il reprend aux religieux une partie des terrains que leur avait octroyé Saint-Louis. Il construit également l’aile de la galerie afin de relier le donjon à leur chapelle.

Des communs et dépendances divers sont enfin construits, articulant des corps de bâtiments autour de cours et basses-cours. Des jardins sont créés, en particulier dans le clos de l’étang, contre la galerie d’Ulysse, le pavillon de Pomone et la grotte des Pins. Ce roi est certes un bâtisseur mais il accorde aussi un soin tout particulier à la création de grands décors. François Ier s’adresse aux artistes italiens qui importent en France les canons de la première Renaissance.

François Ier

Mécène et collectionneur, François Ier rassemble des antiquités, des peintures, des sculptures, des objets d’art de très grande qualité qui constituent aujourd’hui encore le noyau originel des collections nationales.

Les grands chantiers de construction et la création des décors sont initiés sous François Ier. Ils sont achevés au cours du règne suivant, celui d’Henri II son fils.

Aujourd’hui encore, les façades de la cour de la Fontaine et de la cour Ovale constituent des ensembles architecturaux emblématiques de la Renaissance dont les exceptionnels décors de la galerie François Ier, de la salle de Bal et de la chambre de la duchesse d’Etampes (actuelle cage de l’escalier du Roi) sont le complément essentiel (Première Ecole de Fontainebleau).

Un formidable musée d’arts décoratifs

Dans la succession des 1 530 pièces réparties sur quatre, parfois cinq ou six niveaux du château royal et impérial de Fontainebleau, les 18 000 œuvres qui constituent les collections sont d’une richesse et d’une diversité incomparables. L’essentiel des peintures, fresques, sculptures, tapisseries, décors peints et sculptés, mobiliers, objets d’art ou livres destinées à orner les Grands et Petits Appartements des souverains, les chapelles, bibliothèques, salle de bal, de spectacle, vestibules et galeries sont d’une qualité exceptionnelle. Pour certaines pièces, les réserves du château contiennent toujours les ameublements successivement conçus.

La règle de présentation qui prévaut alors est celle du « dernier état historique connu ». Pour privilégier la compréhension et la cohérence de l’ensemble, certaines enfilades de pièces des Grands et Petits Appartements sont présentées dans leur configuration du Premier ou du Second Empire.

Dans cette maison de famille qu’est le château de Fontainebleau, il arrive très souvent que les aménagements commandés par un souverain respectent et englobent des parties de décors conçus pour l’un de ses prédécesseurs. Conservés par piété filiale, parce que leur caractère insigne est très tôt perçu ou simplement parce qu’ils ne sont pas totalement démodés, ces décors sont d’une extraordinaire richesse, d’autant qu’ils se superposent et se juxtaposent. Leur qualité (et souvent leur rareté) les rendent exemplaires.

À Fontainebleau où sept siècles sont représentés, on comprend l’enjeu essentiel que représente un tel monument pour l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire du goût et leur enseignement.

A découvrir

Un manifeste de la renaissance : galerie François Ier, salle de Bal, grotte des Pins…

Le foyer de la seconde renaissance ou l’école de Fontainebleau comme la chapelle la Trinité…

Des décors et un ameublement du XVIIIème siècle d’une exceptionnelle qualité : boiseries de la chambre du Roi, du salon du Conseil, deux boudoirs et salon de Marie-Antoinette, service en Camaïeu carmin de Louis XV, mobilier royal de l’appartement du Pape…

De luxueux appartements impériaux : décor et mobilier des Grands et Petits Appartements, collections du musée Napoléon Ier

Un exemple de décor historiciste de la Restauration et de la Monarchie de Juillet : salle des Gardes, galerie de Diane…

Un unique témoignage du grand goût éclectique du second empire : Grands Appartements du côté de la cour Ovale, appartement du Pape, appartement des Chasses, salons et musée Chinois de l’Impératrice, théâtre…

Château de Fontainebleau

Le musée Napoléon Ier

En dépensant douze millions de francs en dix ans (six millions en travaux et six millions en mobilier), Napoléon refait de ce palais, délabré et vidé au sortir de la Révolution, ce qu’il avait toujours été : un fleuron des biens de la Couronne. Dans cet écrin repensé pour satisfaire les besoins d’un pouvoir impérial avide de représentation, les hasards de la campagne de France de 1814 offrent au maître déchu de l’Europe une scène incomparable pour les Adieux de Fontainebleau orchestrés de main de maître le 20 avril 1814.

L’image, amplement diffusée, s’ajoute à la richesse des décors Empire subsistants et légitime au château de Fontainebleau la présence connexe d’un musée Napoléon Ier. Dans l’aile droite de la cour d’Honneur, donnant à la fois sur la « cour des Adieux » et le jardin Anglais dessiné sous Napoléon, des appartements de prince sont aménagés en un musée de la cour impériale ouvert en 1986.

Des œuvres, provenant de la famille impériale (entrées par dotation en 1979 et 1988), d’autres demeurées propriété de l’Etat depuis le Garde-Meuble de la Couronne jusqu’au Mobilier national ou déposées par le château de Malmaison voué au Consulat et à Joséphine de Beauharnais, complétées par des acquisitions (Samovar en vermeil par Biennais au chiffre du roi de Westphalie acheté en 1983, Portrait de Napoléon en souverain législateur par Girodet ou le Buste du roi de Rome par Ruxthiel, préemptés en 2005 et 2007) y sont présentées.

Le musée Napoléon Ier au château de Fontainebleau est le seul lieu où l’on puisse aujourd’hui percevoir la puissance de Napoléon et saisir ce que fut le Premier Empire : un apogée du rayonnent de la France en Europe.

Parc et jardins

Aujourd’hui situé au cœur d’une forêt de plus de 20 000 hectares, Fontainebleau est un château de clairière. Giboyeuse et peuplée de bêtes rousses (cerfs, daims, chevreuils) ou de bêtes noires (sangliers), la forêt explique la construction du premier château puis le développement du palais. Bien que l’ancienne forêt n’était pas aussi vaste, elle a dès l’origine constitué le parc du château et le prolongement de ses jardins.

Ces derniers sont d’abord destinés à l’agrément des souverains et gagnés sur l’ancienne propriété des moines trinitaires installés par Saint-Louis. Bien que leur forme et leur dessin aient évolué au fil des âges et en dépit des agrandissements opérés au cours du XIXème siècle, chacun des trois jardins qui sont visibles aujourd’hui épousent à peu près les contours de ceux d’origine.

Plus grand parterre d’Europe

D’une superficie de 14 hectares, le grand parterre (1660-1664) est le plus vaste d’Europe. Il constitue le grand chantier de Louis XIV à Fontainebleau. Au lendemain de la fête de Vaux-le-Vicomte, André Le Nôtre est chargé d’unifier les jardins de la Renaissance (actuel jardin Anglais) au canal creusé sous Henri IV (1609) alors que Louis Le Vau construit le pavillon de l’Etang (1662) en point d’orgue d’une perspective de plus de deux kilomètres.

Créé en 1810-1812 à la demande de Napoléon Ier par l’architecte Hurtault déjà auteur de la grille d’honneur (1808-1809) le jardin anglais est un jardin irrégulier. Replanté en réaction au formalisme du style français. Il correspond alors à une mode déjà bien établie. Il occupe l’emplacement de l’ancien jardin des Pins de François Ier dont subsiste la grotte.

Parcouru par une rivière pittoresque jaillissant d’un rocher de la Cascade, il est également agrémenté de très belles essences d’arbres (tilleuls, érables, platanes, cyprès chauves, épicéas, sophoras du Japon, peupliers d’Italie, cèdres et tulipiers de Virginie…). Des statues en bronze d’après l’Antique ornent les pelouses et bosquets de ce jardin.

Ancien jardin privé de la reine, le Jardin de Diane a été considérablement agrandi du côté de la ville au cours du XIXème avant d’être paysager selon la mode du temps de Louis-Philippe. Son dessin irrégulier et la variété de ses essences annoncent le caractère composite des divers bâtiments qui le bordent.

Aujourd’hui, le château de Fontainebleau est un musée national. Sa renommée dépasse largement le cadre de nos frontières. Il est visité par plus de 250 000 personnes par an (chiffre 2015). Pour plus d’informations sur site officiel du Château de Fontainebleau

Château de Fontainebleau
Château de Fontainebleau

Extérieurs du Château

Donjon

Le donjon est probablement le bâtiment le plus ancien du château (avant 1137). Il fut plusieurs fois transformé notamment lors du règne de François Ier. De ce fait, son architecture représente plusieurs styles.

L’escalier du fer à cheval

L’escalier monumental, il est composé de deux rampes. Il se situe dans la cour du cheval blanc. Il fut construit entre 1632 et 1634 par Jean Andouet du Cerceau.

La Fontaine Belle-Eau

Son nom est peut-être à l’origine de celui de la ville de Fontainebleau. Au départ, c’était une source, Henri IV construisit à la place un bassin octogonal. Plusieurs fois modifié, il reprend en 1891 sa forme d’origine octogonal et l’architecte Boitte y ajoute un banc de pierre.

La Fontaine de Diane

Conçue sous le règne d’Henri IV. Elle fut démontée sous la révolution. La fonte de Diane à la biche antique, les chiens et les têtes de cerfs en bronze constituent l’ensemble de la statue. Ils retrouvèrent leurs places d’origine seulement en 1964. La statue étant alors telle que l’avait exigé Henri IV.

Le grand parterre avec canal

Le parterre est conçu par le Notre entre 1660 et 1664. Son bassin carré fut rajouté en 1817. En 1988, plus au sud un bassin circulaire surmonté d’une figure du Tigre fut ajouté. Le grand canal, long de 1 145 mètres fut construit sous Henri IV en 1606. Au départ, il servait à l’élevage des truites. Aujourd’hui, il sert pour les balades en bateau.

La porte dorée

C’est au XVIème siècle, l’entrée principale du château. Elle date des travaux demandés par François Ier (1528). L’architecture est un mélange de style médiévale et des nouvelles idées venant d’Italie, comme celle des loggias superposés.

Autres lieux Extérieurs

L’aile de la Belle-cheminée, le bassin des cascades, la cour des offices, le gros pavillon…

Intérieurs du Château

La galerie de Diane

La première galerie peinte sous Henry IV fut détruite sous Naopléon Ier. La nouvelle galerie fut donc commencée sous le premier empire. Cependant, elle fut terminée uniquement sous la Restauration.

La galerie François Ier

Elle se trouve au 1er étage du château, dans l’aile construite en 1528. La galerie fut aménagée de 1533 à 1539 : les fresques rectangulaires du peintre florentin Rosso illustrant la grandeur du roi.

Autres lieux intérieurs

La chapelle de la Trinité, la chapelle Haut-Saint-Saturnin, le décor du salon, la galerie des cerfs, le lit de l’Impératrice, le lit de la petite chambre de l’Empereur, la salle de bal, le salon de l’abdication, la salle du trône…

Copyright photos Patrick M

Check Also

Pink Cabaret au Millésime

Pink Cabaret

Le show annuel de Pink Cabaret a lieu cette année le 29 juin 2019 au …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.